Safrane_1

La Renault Safrane…, je l’adore ! Je ne vais pas vous dire que c’est mon coup de cœur Renault parce que vous ne me croiriez plus (vous aurez compris que tous les modèles de l’histoire de Renault sont mes coups de cœur !), mais en ce moment, c’est un modèle qui m’intéresse un peu plus que les autres. Pourquoi ? Parce que je suis grand (je fais 1, 98 mètre) et plus tard il me faudra une grande voiture, parce que l’on peux trouver une Safrane phase 1 pour 2 000 €, que mon porte-monnaie n’est pas très grand (attention à la fiabilité pour les phases 1) et que j’y pense. Forcément, il faudrait mieux que ce soit une Renault ! C’est beau de rêver mais en attendant, il faut passer le code et le permis ! Et oui, ça ne se trouve pas dans les paquets de BONUX ou de DASH (désolé pour la publicité ! Oups !), quoique pour certains chauffard que l’on rencontre sur la route, on pourrait le croire !

Je vais donc vous présenter ici une Renault fantastique mais avant toute chose, je suis sûr que vous ignorez d’où vient le nom « Safrane ». Vous donnez votre langue au chat ???

1. « Safrane » : un nom déposé par Renault depuis longtemps !

Ne soyez plus le seul à penser que le nom de la célèbre berline haut de gamme Renault des années 1990 fut inventé avec celle-ci ! Bien au contraire.

Il faut remonter à la fin des années 1970 au Royaume-Uni, en Belgique, aux Pays-Bas et en Suède pour se rendre compte que la Renault 14 Safrane était une série spéciale vendue dans ces pays et destinée à ces marchés. Nous avons peu de renseignements sur ce modèle mais il y a de fortes chance qu’elle soit basée sur la version la plus puissante de la gamme à l’époque : la TS. Elle offrait également de nombreux équipements pour l’époque : essuie-glace arrière, deux rétros extérieurs, jantes alu, volant sport ainsi qu’une lampe de lecture de carte située côté passager.

Le nombre de modèle restants en circulation doit être quasi-nul…

2. Entrons dans le vif du sujet.

La Renault Safrane est la remplaçante de la Renault 25. Pendant huit années de carrière, elle a incarné le haut de gamme de la marque au losange. Son design très agréable, fait de formes arrondies, s’inscrit dans la tendance « bio design » du début des années 1990.

Safrane_2_4Cette voiture est réputée pour son confort mais pour faire face à la concurrence allemande auquel la Safrane veut s’attaquer, il faut absolument améliorer la qualité des plastiques et le soin porté à la finition puisqu’elle est en retrait par rapport à un BMW Série 5 ou une Opel Oméga…

Au niveau de la technique, elle emprunte de nombreux éléments à d’autres modèles de la gamme et elle partage avec les Renault Espace et Laguna les motorisations les plus endurantes, comme par exemple le bloc 5 cylindres 2,5 litres d’origine Volvo.

En ce qui concerne l’équipement, il est limité sur les finitions de bases (comme la RN…) des premiers modèles. Il s’enrichira au début de l’année 1995 puis lors du restylage de l’automne 1996 et deviendra complet en septembre 1998.

La fiabilité, quant à elle, reste bonne. Cependant, en turbo-Diesel, les 2,5 litres dT peuvent souffrir de problème de culasse et de distribution. Les 2,1 dT sont réputés pour leur consommation d’huile sans grande conséquence. Les 2,2 dT ne sont affectés par aucun problème sérieux.

Les boîtes automatiques peuvent parfois souffrir de fragilité.

            3. Quelques séries spéciales

SAFRANE « PALME D’OR »

safrane_palme_d_or_logoVous avez sans doute déjà remarqué lors de l’événement sur-médiatisé du Festival de Cannes que c’est Renault qui fourni les véhicules pour amener les blondasses décervelés (souvent américaines) vers le tapis rouge du Midem (j’ai dit blondasse décervelée ???? Oups !). C’est valable aujourd’hui avec le Vel Satis mais la Safrane n’a pas échappé à la règle.

Cette série limitée, très luxueuse, sur base de 2,2 Si RT, est le témoignage de cette fidélité à l’événement.

Les équipements disponibles étaient :

- couleur unique : bleu crépuscule métallisé nacré ;

- jantes alliage type RXE ;

- phares anti-brouillard à l’avant ;

- ensemble stéréo 4 x 20 watts avec commande sous le volant ;

- intérieur cuir ;

- climatisation avec régulation électronique ;

- boîte automatique 4 rapports ;

- pré-équipement téléphone de série ;

- ABS en série ;

- Radiotéléphone intégré avec commande sous le volant (en option).

            SAFRANE « CAMARGUE » (phase 2)

safrane_camargue_logoA mon premier étonnement, j’ai découvert que la Renault Safrane « Camargue » existait. Je connaissais cette série limitée par la Renault 25 mais je ne savais pas qu’elle avait été reprise pour la Safrane.

A l’époque, cette série limitée avait deux équipements encore rares en 1997 : airbags latéraux et phares au xénon. Il s’agissait ici d’une véritable « gamme parallèle » puisque la « Camargue » était proposée avec trois motorisations, deux types de transmission et les treize couleurs de la gamme.

Les équipements disponibles étaient :

- jantes alliage 15 pouces ;

- phares avec lampe à décharge (xénon), correcteur de faisceau et lave-projecteurs ;

- phares anti-brouillard ;

- logos « Camargue » sur baguettes de porte ;

- rétroviseurs électriques dégivrant et peints couleur carrosserie ;

- jonc chromé sur pare-chocs ;

- sellerie velours (cuir en option) ;

- inserts bois sur planche de bord et panneaux de porte ;

- 4 airbags (frontaux et latéraux) ;

- ABS ;

- 4 glaces électriques (à impulsion côté conducteur) ;

- synthèse de la parole (fonctions de surveillance – VOIR R11 TSE Electronic) ;

- ordinateur de bord (sauf 2,2 dT) ;

- régulateur de vitesse et volant gainé cuir (sur Boîte de Vitesse Automatique) ;

- climatisation régulée avec réglage séparé conducteur/passager ;

- système audio Radiostat 6000 RDS avec lecteur CD à commande sous le volant.

            SAFRANE ALIZE (de 1994) (phase 1)

            Je me souviens très bien de cette série limitée. Comme d’habitude chez Renault, la dénomination « Alizé » propose la climatisation en série mais ce qui fait avant tout l’originalité de cette version, c’est de proposer deux niveaux de finition : « RN Alizé » et « RT Alizé ». Ils viennent compléter les niveaux RN et RT du catalogue standard. Proposée en 4 motorisations, la série « Alizé » était commercialisée à un tarif intéressant, mais le choix d’options était beaucoup plus réduit que la gamme normale.

            Les équipements disponibles étaient :

- logos « Alizé » sur baguettes de porte ;

- rétroviseurs électriques et dégivrant ;

- climatisation régulée avec réglage séparé conducteur/passager ;

- appuis-tête arrière ;

- phares anti-brouillard ;

- rideau de plage arrière ;

- jantes en alliage ;

- ABS ;

- ordinateur de bord (sauf Diesels) ;

- éclairage du sol à l’ouverture des portes ;

- glaces arrière électriques ;

- position « Relax » du siège passager.

            SAFRANE ALIZE (de 1997) (phase 2)

La version 1997 est sortie quelques mois avant la série limitée haut de gamme « Camargue ». La Safrane « Alizé » est chargée de promouvoir les versions d’accès à la gamme Safrane. Comme toutes les séries « Alizé » de Renault,, elle reçoit la climatisation en série.

Safrane_2_Aliz_

Les équipements disponibles étaient :

- climatisation régulée avec réglage séparé conducteur / passager ;

- système audio Radiostat 4000 RDS avec lecteur K7 à commande sous le volant et 4 haut-parleurs ;

- ABS en série ;

- airbags conducteur/passager ;

- direction assistée (sans assistance variable) ;

- condamnation centralisée avec télécommande.

4. Sur le marché de l’occasion.

La Safrane a connu un franc succès auprès des gros rouleurs que sont les commerciaux et VRP. Il est donc normal de trouver essentiellement des turbo-Diesel. Ils affichent généralement un kilométrage important mais ont bénéficié d’un entretien soigné.

En essence, on trouve essentiellement des V6 et des 2,5 litres 20 soupapes, dont le moteur est le fruit de l’éphémère collaboration entre Renault et Volvo. Les 2 litres essence ont connu un succès plus mitigé, leur prix d’achat raisonnable imposant en effet une motorisation un peu faible au regard du poids de la voiture. Les 2,2 litres essence, pour leur part, fut repris des R25, et font partie des moins diffusés.

Safrane_Biturbo_BaccaraEn ce qui concerne la version « collector » Safrane V6 Biturbo à transmission intégrale, elle affichait des performances dignes d’une véritable sportive mais ses ventes en France sont restées confidentielles (on en trouve davantage en Allemagne et en Suisse notamment) et elle est particulièrement difficile à dénicher en seconde main.

            5. Sécurité / Performances.

    La Safrane a un comportement irréprochable. La sécurité active procurée par cette berline est quasi irréprochable. L’ABS équipe toutes les versions depuis septembre 1998 et les 4 airbags ont été adoptés sur toute la gamme à cette même date, alors que les deux frontaux (conducteur et passager) étaient de série depuis le début. La structure bénéficie d’une bonne capacité d’absorption en cas de choc et préserve une « cellule de survie » satisfaisante.

Sur le plan des performances, la Safrane propose les deux extrêmes, entre un bloc 2 litres 8 soupapes de 107 ch pas assez puissant face aux 1 400 kg à vide minimum affichés par cette routière. A l’opposé, le rarissime « Biturbo » peut sans complexe aller jouer sur le terrain des sportives allemandes. Entre les deux, le 2,2 litres 12 soupapes puis le 2 litres 16 soupapes procurent des performances d’entrée de gamme honorables.

En motorisation essence, on retient surtout le 2,5 litres, un 5 cylindre 20 soupapes qui provient de la banque d’organe de Volvo et qui se distingue par ses performances qui sont quasi équivalentes à celles des V6 et un agrément de très haut niveau, avec des consommations plus raisonnables.

En turbo-Diesel, le 2,1 litres dT, hérité des anciennes Renault 21, souffre réellement avec ses modestes 90 ch pour un tel poids ! ! ! Le 2,5 dT, spécifique à la Safrane, procure des performances bien plus satisfaisantes mais il affiche de sérieux problèmes d’endurance.

En conclusion, hormis le cas des 2,5 dT, la Safrane ne souffre pas de gros problèmes particuliers. Cette routière spacieuse, confortable et sécurisante peut malheureusement encore souffrir d’un manque d’image face à ses rivales allemandes, souvent élevées au statut de références. C’est pourtant une voiture très agréable, qui remplit fort bien son rôle.

6. Résurrection de la Safrane ???

La Safrane s’est vendue en moyenne à 28 450 unités par an en onze années de carrière. Au total, elle a réalisé un score de 313 000 unités. Depuis sa sortie, Vel Satis réalise un score beaucoup moins intéressant avec une moyenne de seulement 10 000 unités par an depuis son lancement en 2001, avec 5 000 petites unités en 2006.

            Renault travaillerait donc sur le projet d’une nouvelle Safrane mais la marque au losange ne l’a pas encore confirmé.

          Ceci étant pour vous dire que Safrane est immortelle et que cette belle histoire n’est peut-être pas prête de s’arrêter.

 

[à voir en catégorie "Coup de coeur..." un diaporama sur la Renault Safrane Biturbo RXE / Biturbo Baccara]